Dans cet avis publié au Journal Officiel, le Conseil économique social et environnemental pointe "le contraste entre les objectifs qui sont donnés à la santé à l’école et les moyens dont cette politique est dotée apparaît d’autant plus grand que les textes officiels se sont additionnés, réitérant régulièrement la volonté des pouvoirs publics d’en faire une priorité."

Il appelle à une impulsion nouvelle de la politique de santé à l'école pour faire face à l'urgence, soulignant que "la responsabilité de la société vis-à-vis de la santé des jeunes n’incombe pas à la seule Education nationale ou aux ministères concernés. Elle est aussi celle des parents, des médecins traitant.e.s, des collectivités territoriales, des régimes obligatoires d’assurance maladie, des régimes complémentaires, des associations, etc..."

Dans ce document, 15 préconiqations sont formulée selon 3 axes :