En juillet 2021, le taux moyen des syndromes dépressifs chez les 16 ans ou plus se stabilise par rapport à novembre 2020, une personne sur dix étant concernée. Chez les jeunes de 16 à 24 ans, le recul de la prévalence de ces syndromes est notable, sans toutefois retrouver les niveaux observés en 2019. Une personne sur dix présente un syndrome anxieux. Les symptomatologies dépressives et anxieuses sont souvent mêlées chez un même individu, plus d’une personne sur vingt est affectée des deux syndromes en même temps.

Guide pour les professionnels relatif à la prostitution des mineurs

Le Centre Hubertine Auclert a publié un guide pour les professionnels relatif à la prostitution des mineurs. Il rappelle que 6 000 à 10 000 mineurs seraient en situation de prostitution en France, principalement des filles avec un âge moyen de 14 ans au début des conduites de prostitution.
C’est une situation qui se développe depuis les années 2010 (Réseau ECPAT International). Au moins la moitié des adultes en situation de prostitution, dont le nombre est évalué à 37 000 environ, seraient entrées dans la prostitution au cours de leur minorité (Mouvement du Nid et Amicale du Nid).

L'Observatoire français des drogues et tendances addictives mène depuis de nombreuses années des dispositifs d’enquête statistique et d’observation portant sur les usages de substances licites et illicites dans la population française.

Au premier trimestre 2021, près de 2 000 élèves de 3e ont répondu à un volet exceptionnel de l’Enquête nationale en Collège et en Lycée chez les Adolescents sur la Santé et les Substances (EnCLASS). 

L’enquête a permis d’interroger les adolescents sur les initiations au tabac, à l’alcool et au cannabis et, sur la base de questions inédites, sur les alcoolisations ponctuelles importantes (API), l’usage problématique de cannabis, les modes d’acquisition du tabac et de l’alcool, l’initiation au protoxyde d’azote et la pratique des jeux d’argent et de hasard.

Ce bilan décrit les évolutions récentes de la consommation et du marché du tabac en France, ainsi que ses conséquences sanitaires et sociales.
Il balaie sur la base de données récentes, l’évolution du marché du tabac, dans ses composantes légale et illégale ; l’évolution des comportements d’usages tant chez les adultes que les adolescents ainsi que les conséquences sociales et sanitaires de la consommation de tabac mais également les réponses publiques qui favorisent la sortie du tabagisme. 

L’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) publie dans son magazine Tendances n°149 les résultats d’une deuxième enquête ARAMIS qui approfondit les observations de 2017 (ressource jointe à la présente) sur la gestion et le contrôle des consommations dans les moments propices à l’alcoolisation tels que les soirées. 

Les résultats de cette enquête montrent comment les consommations sont traversées par des enjeux de différenciation sociale et de genre.

Soigné·es et soignant·es se sont réuni·es pour réaliser ces huit guides d'information pour les concernés et par les concernés.

​Ces recueils d’informations sont le fruit d’une étroite collaboration entre le C’JAAD ( Centre d’Evaluation pour Jeunes Adultes et Adolescents ) du GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences, le Réseau Transition ( Institut de Psychiatrie ), et La Maison Perchée. Fruit du vécu d’une diversité de professionnel·les et de personnes concernées.

Cette bibliographie sélective est proposée dans le cadre du groupe de travail interne à l’Ireps Occitanie sur la prévention du suicide.

Les objectifs de cette bibliographie sont multiples :

Permettre aux générations d’aujourd’hui et de demain de développer leur capacité à faire des choix éclairés et raisonnés, leurs aptitudes à vivre ensemble et à mieux gérer leur stress et réguler leurs émotions en renforçant leurs compétences psychosociales (CPS) constitue un levier clé de la promotion de la santé. Ces 30 dernières années, de nombreux travaux de recherche ont montré l’importance des CPS dans le développement de l’enfant, de son bien- être et de sa santé, dès le plus jeune âge.

L’éducation à la sexualité est une question vive et pourtant ancienne. En France, l’obligation d’aborder la sexualité humaine dans les établissements scolaires s’est édifiée progressivement à partir de 1973.  Où en sommes-nous un peu plus de 20 ans après ? Comment cette éducation est-elle dispensée et surtout, quels en sont les contenus?

À l’heure où les objectifs d’égalité entre les femmes et les hommes ne sont toujours pas atteints, où des enfants sont victimes de violences sexuelles et sexistes, où la prostitution des mineures est un phénomène en hausse (MSS, 2021), la France peine toujours à mettre en œuvre dans les établissements scolaires les trois séances obligatoires d’éducation à la sexualité prescrites il y a plus de 20 ans par la loi no 2001-588 de 2001 inscrite au code de l’éducation.